On m'appelle le Marketing Food Boy ! J'aide les food business à développer leur marketing avec de la création de contenu (brand content), de la gestion de media sociaux (CM et Facebook Ad) et des partenariats influenceurs.

Interview Sarah Sanchez – Photographe Culinaire

par | 25 Nov 2021

J’ai interviewé Sarah, photographe culinaire Freelance et membre du collectif PILI PILI

Dans cette interview, elle nous en dit plus sur son métier et comment elle accompagne la réalisation des projets de ses clients

Cette interview a été réalisé via Instagram live.
L’interview fait partie d’une série où j’interview  les différents métiers liés à la communication pour ouvrir son restaurant.

Sarah : Je suis photographe culinaire depuis un peu plus de 10 ans et je me suis mise à mon compte il y à 3 ans en tant que freelance.

Je me dédie particulièrement à faire des photos pour les marques food, pour les restaurants et éventuellement pour toutes les boutiques qui proposent des produits gastronomiques et autres.

Adrien : Quelles sont tes prestations ?

Sarah : Je propose plusieurs prestations, pour les restaurants. On peut partir sur :

  • un reportage photo sur le lieux. Donc dans le restaurant où je vais faire des photos du lieux, des plats et également de l’ambiance. Tout ce qui est dimensions humaines en fait, ce qui donne la vie au restaurant.
  • on peut partir sur une prestation un petit peu plus complète qui sera vraiment de la création d’identité photo. Là on va partir vraiment sur la création d’une véritable identité avec un shooting personnalisé et qui donnera une dimension plus complète et artistique justement au shooting...

 

Adrien : Donc pour récapituler reportages photos simples et création d’un univers photo plus complet et plus..

Sarah : Plus personnel ! Dans ces cas là au niveau de l’univers photo on essaye de réfléchir à des concepts, à des valeurs, que veut justement retransmettre et mettre en image le restaurant. En fait on peut partir sur un petit peu tout. On peut partir sur des shooting un peu délirants suivant ce que l’on veut mettre en image.

Adrien : Est ce que toi tu peux t’adapter à n’importe quel style, si tu as un style spécifique ?

Sarah : J’ai un style assez particulier, pour ceux qui connaissent un peu mon travail j’ai un style très coloré très graphique. Donc effectivement en général les clients qui viennent me voir sont ceux qui, justement aiment le style de photos que je fait. Mais évidement je m’adapte à toutes les demandes et à tout les besoins de mes clients dans la mesure du possible. Mais par contre je peux mettre ma patte dans quelque chose que je n’ai pas l’habitude de faire.

Adrien : Comment tu vas faire pour définir une identité photo pour un client ?

Sarah : Quand on commence un projet, comme tout les projets au préalable, on fait une réunion. On essaye d’évaluer les besoins, les envies du client, vers quoi il veut amener son image. Et à partir de là déjà on va pouvoir savoir quel style de photo on va pouvoir faire. Et ensuite tout va se passer au niveau de la post production. En générale je créer justement un filtre vraiment personnalisé pour la demande du client. Et suivant l’identité déjà mise en place, son identité graphique, l’atmosphère, tout ce qui est de son restaurant, j’essaye de faire quelque chose de cohérent avec ce qui existe déjà, par rapport à son identité et sa communication. De manière à ce qu’il y ai cette cohérence. C’est hyper important d’avoir quelque chose de cohérent.

Adrien : Est ce que tu as des recommendations de filtres ?

Sarah : Tout dépend du rendu que l’on veut avoir, par exemple un restaurant qui vas avoir une identité un peu « punchy » avec beaucoup de contrastes au niveau de tout son graphisme de sa déco, on ne vas pas mettre des filtres hyper tamisés où les noirs sont doux.

On vas vraiment essayer d’avoir une cohérence avec l’existant. Avec toute son identité déjà existante pour que ça soit esthétiquement jolie et puis en plus j’insiste mais c’est vrai que c’est super important la cohérence. Et si l’on veut que l’image soit vraiment percutante je pense qu’il faut qu’il y ait, cette homogénéité entre tout.

Adrien : Ou vas t’on utiliser les photos que tu prends ?

Sarah : Ces photos là, on peut les retrouver partout au final. Sur tout les support de communication :

  • Site web,
  • Réseaux sociaux, tout ce qui est digital
  • Cartes de menu,
  • Posters de décos pour le restaurant, tout ce qui est print.

En fait ça peut être tout et n’importe quoi, excepté les publicités et les grands affichages qui nécessitent des droits différents.

Adrien : Quelles sont les photos indispensables pour un restaurant ?

Sarah : Comme je disait tout à l’heure je pense que le plus important c’est de mettre en image l’âme et l’identité du restaurant. Tout ce qui peut retranscrire ça finalement, ça va  être les photos essentielles à mettre sur le site internet ou sur les réseaux.

  • Le lieu,
  • Les plats évidement
  • Tout ce qui suggère la vie du restaurant, en cuisine, en service.
  • Pourquoi pas aussi un peu de clientèle mais là aussi, c’est pareil parce qu’il y a toujours une question de droit à l’image donc il faut faire attention aussi à qui on prend en photo.

Mais je pense que le plus important vraiment c’est d’essayer de transmettre l’âme du restaurant. Parce que finalement un resto c’est un lieu de vie où on va aller partager un repas et on a pas envie de juste savoir ce qu’on vas manger mais on a envie de savoir un peu où on met les pieds, si on vas passer une bonne soirée on a besoin de voir un peu tout ça. Donc c’est vrai que si on peut mettre ça en image c’est top.

Adrien : L’objectif c’est de retranscrire un peu la vibe directement dans les photos et que les gens puissent le sentir.

Sarah : C’est le défi, c’est tout l’enjeu, c’est pas évident, c’est pas facile mais si on y arrive,  je pense qu’on a tout gagné.

Adrien : Top! On en avait déjà parlé avant sur PILI PILI pour la taille des photos, parce que moi en tant que créateur de site web, j’ai besoin de photos qui ne soient pas les mêmes que les personnes qui ont besoin de photos pour faire du print. J’ai besoin de photos très légères pour que le site charge le plus vite possible. Ça optimise le référencement. Donc toi de ton coté photographe quel type de photo tu peux fournir pour que ça soit le plus léger possible ?

Sarah : Alors en général ce que je fais c’est que je propose des photos en haute définition pour tout ce qui est communication print, pour tout ce qui est impression, pour que le restaurant puisse faire ce qu’il veut avec.

En parallèle, je délivre des photos en basse résolution donc en général plus petites et plus légères de manière à ce qu’il puisse les utiliser pour toute la communication digitale (réseau sociaux, site internet etc…).

Ça peut être des photos qui font effectivement 300ko et qui vont parfaitement pour un site internet.

Adrien : Le rêve ! On arrive un petit peu à la fin de l’interview, c’est quoi les demandes les plus bizarres que tu aie eu en matière de photos ?

Sarah : Alors demandes bizarres j’en ai pas vraiment eu, plutôt des trucs un peu de mauvais gouts. On a pas tous le même sens de l’esthétique et c’est vrai qu’il y a des restaurateurs qui pensent que pour mettre un plat en valeur, je sais pas genre un gros jambon à coté du plat ça peut justement promouvoir le produit.

Certes c’est une bonne idée mais esthétiquement parlant c’est pas forcément super.

C’est plus des demandes d’un gout different. Mais justement, nous les photographes culinaires, sont aussi là pour conseiller et pour remettre un peu sur le droit chemin les drôles d’idées qui sont supposément bonnes mais qui ne sont pas très esthétiques.

Adrien : Est ce que tu as un conseil pour ceux qui voudraient faire leur photos eux-mêmes ?

Sarah : Oui! Alors la lumière, la lumière c’est très très important, c’est pratiquement le truc le plus important quand on fait des photos. Une bonne lumière, dans la mesure du possible utiliser la lumière naturelle.

Pas de néons, pas de plafonnier pour faire des photos, vraiment lumière naturelle c’est le top.

En pleine journée c’est mieux que le soir ou très tôt le matin quand c’est sombre évidement et pour tout ce qui est photo de plat et bien lumière naturelle aussi et le top du top c’est une journée plus ou moins nuageuse, ça fait une lumière assez diffuse avec des ombres  assez douces, c’est le truc parfait.

Donc se mettre a coté d’une fenêtre par temps nuageux c’est l’idéale pour faire des photos de plats.

Adrien : Est ce que toi tu a quelque chose à ajouter ?

Sarah : Si j’avais quelque chose à ajouter je dirait qu’il ne faut pas hésiter à faire confiance au photographe spécialisé parce que c’est leur métier c’est leur profession, ils ont un oeil expert et ils savent exactement où aller c’est un gain de temps pour tout les restaurateurs en fait. Et les restaurateurs sont sur d’avoir un rendu de qualité ce qui est aussi extrêmement important pour avoir une image de qualité.

Mon conseil c’est n’hésitez pas à leur faire confiance à les contacter et à essayer de voir avec eux ce qui est possible de faire en termes d’images et de photographies.

Adrien : Ce mot de la fin est parfait, vous pouvez retrouver Sarah sur :